Le signe du Lion (du 23 juillet au 23 août) et la moisson du blé

Septième paire de vitraux de la rosace ouest de Notre-Dame de Paris : le signe du zodiaque du Lion et la moisson du blé. http://cathedrale.gothique.free.fr/Notre-Dame_de_paris.htm
  1. Le signe du Lion et la moisson du blé
  2. Le signe du Lion, astrologie sacrée et symbolisme initiatique
    1. La mythologie : Héraklès
      1. Le Lion de Némée
    2. L’apôtre saint Pierre
      1. Simon le magicien
    3. La pierre : La sardonyx
    4. L’essence végétale : le tournesol
  3. Archange Michaël
  4. Zodiaque de Délos
    1. Naxos, l’Île de la Fécondité, dans Le signe du Lion (du 23 juillet au 23 août)

Le signe du Lion et la moisson du blé

Le lion, ce grand prédateur, annonce le milieu de l’été. Cet animal est inconnu dans nos contrées, tout comme le scorpion. Leur présence démontre que les symboles zodiacaux furent conçus par des peuples vivants très au sud de nos régions tempérées. Le lion est un signe de feu, solaire comme le mois d’août. Il est le roi, le moi, l’égo absolu. Le doute n’a plus sa place ici. Les autres servent le roi. L’égoïsme gouverne en maître ce moment, si l’on n’y prend garde. Il est dur de lâcher, en effet, une seule parcelle de son pouvoir ou de son image.

Et pourtant, le travail du moissonneur ci-dessous, indique clairement où se trouve l’issue du signe du lion.

Notre moissonneur coupe à la faucille les tiges de blé à mi-hauteur. C’est le temps de la moisson. Chaque épi porte une centaine de grains de blé. Il y a là matière à parabole, ce que le Christ n’hésite pas à faire : « Si le grain de blé ne meurt, il reste seul, s’il meurt (s’il germe), il porte alors beaucoup de fruits ». Tel est le glorieux et tragique destin du lion. Pour porter du fruit, il doit mourrir, afin de transmettre ses expériences et ses richesses. Autrement il disparaitra, seul, isolé, oublié, loin de la vague de la Vie.

Les épis d’or que tient dans la main gauche le moissonneur sont autant de petits soleils corporifiés dans une matière vivante, le grain de blé. Il nourrit qui le mange ou devient un nouvel épi au cycle zodiacal suivant pour porter à son tour une descendance multipliée au centuple. C’est la magie de la Vie, le mystère de la semence, vivante quoique d’apparence morte. C’est aussi le mystère du vase, de la terre, qui accueille cette semence, seule capable de la tuer pour qu’elle revive.

http://cathedrale.gothique.free.fr/Notre-Dame_de_paris.htm

Le signe du Lion, astrologie sacrée et symbolisme initiatique

La polarité : Masculine.

L’hémisphère : Expression de ses valeur personnelles.

L’élément : Feu.

La qualité : Fixe.

Le transit solaire : le signe du Lion est parcouru par le Soleil du 23 juillet au 23 août.

La dimension psychologique : Rayonner pleinement ses spécificités propres afin d’expérimenter extérieurement son être véritable.

La dimension initiatique : Témoigner de l’ordre du monde qui doit venir (celui de l’esprit).

Le symbole : Un lion.

La chute :

L’exil : Saturne.

Le domicile : Le Soleil.

L’exaltation :

La mythologie : Héraklès.

L’apôtre : saint Pierre.

La pierre : La sardonyx.

L’essence végétale : le tournesol.

La mythologie : Héraklès

Héraclès portant un arc, sa massue et la peau du lion de Némée, détail du Cratère des Niobides, v. 460–450 av. J.-C., musée du Louvre.

Symbolique :

Héraklès est le représentant idéalisé de la force combattive; le symbole de la victoire (et de la difficulté de la victoire) de l’âme humaine sur ses faiblesses. Cette victoire ne résultant pas d’un processus d’annihilation ou de rejet mais d’un travail d’intégration.

Héraclès (en grec ancien Ἡρακλῆς / Hēraklês, signifiant « Gloire d’Héra »), de son premier nom Alcide, fils de Zeus et d’Alcmène, est l’un des héros les plus vénérés de la Grèce antique. La mythologie grecque lui prête un très grand nombre d’aventures qui le voient voyager à travers le monde connu des Doriens puis dans toute la Méditerranée, à partir de l’expansion de la Grande-Grèce, jusqu’aux Enfers. Les plus célèbres de ses exploits sont les douze travaux. Il est mentionné dans la littérature grecque dès Homère.

Héraclès correspond à l’Hercule de la mythologie romaine, et il est identifié au Melkart phénicien, à l’Hercle étrusque et au Kakasbos en Asie Mineure. L’Hercule des Romains est parfois dépeint comme moins violent que son alter ego grec dans les récits où il intervient et connaît quelques aventures se déroulant spécifiquement en Italie.


https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9racl%C3%A8s

Le Lion de Némée

Le Lion de Némée (en grec ancien : ὁ λέων τῆς Νεμέας) est une créature fantastique de la mythologie grecque. Tuer le Lion et rapporter sa peau constitue le premier des douze travaux d’Héraclès. La peau de lion (ou léonté) est un des attributs d’Héraclès.

Héraclès étouffant le lion de Némée
Musée du Louvre

Le lion de Némée qu’Héraclès doit vaincre lors de son premier travail symbolise la victoire sur l’ego, depuis l’arrogance et l’égoïsme habituel jusqu’à l’ego corporel.

en savoir plus :
https://www.greekmyths-interpretation.com/persee-gorgone-meduse-interpretation-mythologie-grecque/lion-nemee-interpretation/

1. L’extermination du lion de Némée

Le premier « travail » qu’Eurysthée imposa à Héraclès (Hercule) fut de tuer et de ramener le lion de Némée, une bête redoutable douée d’une force extraordinaire qui ravageait l’Argolide.

Eurysthée demanda d’abord au héros de lui apporter la peau du lion de Némée. Cette terrible bête vivait dans une forêt d’Argolide. Elle terrorisait les habitants de cette région. Ses rugissements étaient si glaçants que bergers et laboureurs se terraient dans leurs maisons.

Héraclès, armé d’un arc, de flèches et d’une massue se dirigea vers l’antre du fauve. Une à une, il décocha ses flèches mortelles. Chacune touchait sa cible, mais l’animal était invulnérable, sa peau était si dure qu’aucune flèche ne pouvait l’entamer. Les flèches dérisoires ricochaient sur la terre. Héraclès ne se laissa pas impressionner et, poussant un grand cri, il se précipita sur le monstre en brandissant son énorme massue. Le lion, effrayé et surpris s’enfuit dans son antre qui avait deux entrées. Héraclès en boucha une et pénétra par l’autre. Le fauve, acculé se mit à rugir et, hérissant sa crinière, se mit à bondir. Héraclès leva alors sa massue et l’abattit sur le crâne de la bête. Le coup fut si violent que la massue se brisa en deux. À moitié assommé, le lion chancelait. Il jeta ses armes et étreignit le fauve de ses bras vigoureux et sa force était telle que, vaincu, le lion mourut étouffé. Héraclès écorcha alors l’animal et se revêtit de sa toison comme d’une cuirasse.

SYMBOLISME

Celui-ci nous invite à nous questionner, à nous observer tel que l’on est, sans biaiser, sans fuir (si facile), sans filtre, sans faux semblants, et ceci dans un face à face sans complaisance.

Le lion représente la force, la puissance, mais aussi l’Ego démesuré, le désir de pouvoir. Hercule est invité à se regarder, à regarder cette part de lui même dans ce face à face avec le lion.

En effet, « l’homme qui a le courage de se regarder en face, s’étrangle de stupeur en se voyant tel qu’il est vraiment ».(*)

Là, lui est offert la possibilité d’acquérir une nouvelle identité. Il s’agit, pour l’homme, de contacter au fond de lui même « un espace de vérité, surtout, de paix, de clarté et d’amour » qui sera alors son unique refuge pour l’accomplissement de son Etre et la réussite des autres épreuves qui l’attendent sur ce « douloureux » parcours.

En contactant cet espace, l’homme est invité à toucher « l’invulnérabilité », cette grande qualité héroïque, car en lien avec sa voix intérieure, celle qu’il doit écouter, entendre.

Pour exister pleinement, l’homme héroïque ne dépend plus des approbations extérieures, celles des autres, ni ne s’effondre sous les coups des critiques, ni ne se laisse « emporter » par les effets des compliments « flatteurs ou justifiés ».(*)
https://www.naitreasoi.com/post/2016/09/29/les-12-travaux-dhercule-comme-source-de-d%C3%A9veloppement-personnel

ASTROLOGIE

Dans le Lion 22 juillet – 21 août, Hercule, ainsi équipé, entreprend le plus connu de ses travaux, il tue le lion de Némée. Il démontre, dans ce test, le pouvoir de faire deux choses et prouve à son maître qui l’observe, Eurysthée, que sa personnalité focalisée et coordonnée est caractérisée par le courage déterminé qui est le don des gens nés dans ce signe, et il démontre aussi, par son travail, que l’inférieur peut être subordonné au supérieur. Par son service et par le bon sens dont il a fait preuve, il donne la garantie de la force de son destin.

en savoir plus :
https://www.autourdelalune.com/autour-du-zodiaque/nos-12-travaux-d-hercule.html

L’apôtre saint Pierre

Symbolique :

Pierre représente l’homme qui, missionné par Dieu pour lui rendre témoignage, est investi des pouvoirs correspondants. Cette vertu du témoignage éclaire la conscience des autres en les invitant à s’éveiller à leur tour aux forces divines dont ils sont porteurs.

La tradition de l’hermétisme chrétien associe saint Pierre au signe du Lion. Surnommé « le prince des apôtres », il apparaît dans les évangiles comme étant celui qui parle ou agit au nom des douze. Cette primauté lui fut d’ailleurs confirmée par le Christ lui-même. En effet, lorsqu’Il interrogea ses apôtres su sa véritable nature, Simon-Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ». En réponse, Jésus lui dit : « Tu es heureux, Simon fils de Jonas, car cette révélation t’est venue non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux. Eh bien! moi je te dis : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les Portes de l’Hadès ne tiendront pas contre elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux : quoi que tu lies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux lié, et quoi que tu délies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour délié. ». Pierre représente donc l’homme qui, missionné par Dieu pour lui rendre témoignage, est investi des pouvoirs correspondants.

Simon le magicien

Simon le magicien mena inlassablement une lutte continuelle conte saint Pierre. Jacques de Voragine nous rapporte qu’il y avait à Jérusalem « un magicien, nommé Simon, qui se disait être la première vérité; il avançait que ceux qui croyaient en lui devenaient immortels; enfin il prétendait que rien ne lui était impossible. On lit aussi dans le livre de saint Clément, que Simon avait dit : « Je serai adoré comme un Dieu; on me rendra publiquement les honneurs divins, et tout que j’aurai voulu faire, je le pourrai. »

En fait, Simon le magicien constitue l’antithèse de saint Pierre, incarnant les traits de celui qui utilise les pouvoirs dont il dispose à des fins purement égocentriques afin de satisfaire un orgueil démesuré (sa mégalomanie spirituelle). Ainsi, le combat entre Pierre et Simon le magicien illustre l’utilisation positive et négative du pouvoir spirituel: l’un étant totalement mis au service des œuvres divines; sans idée de contrepartie, alors que l’autre est assujetti au joug d’un ego toujours avide d’accroître sa propre puissance. Saint Pierre incarne dès lors le moi spirituel porteur d’amour alors que Simon le magicien est une évocation éloquente de l’ego et de ses convoitises.

La pierre : La sardonyx
La grande particularité de l’onyx est l’alternance de bandes noires, ou très brunes, avec des bandes blanches. D’autres calcédoines peuvent se mêler à l’onyx en formant des couches de couleurs différentes. Le noms de ces variétés évoquent leurs associations :
Sardonyx (sardoine et onyx)
Agatonyx (agate et onyx)
Jasponyx (jaspe et onyx)
https://www.lithotherapie.net/articles/onyx/

La tradition de l’hermétisme chrétien attribue la sardonyx au signe du Lion. Il s’agit en fait d’une variété d’agate caractérisée par l’alternance de larges bandes rectilignes formées d’onyx noire et de sardoine blanche. A propos de cette pierre, saint Albert le Grand nous précise que « sa plus grande vertu tient au fait que, tout en contenant de l’onyx (réputé maléfique), celui-ci ne peut avoir d’effets nocifs grâce à la sardoine qui s’y s’y trouve combinée. » (Saint Albert le Grand, Le Monde minéral.). En ce sens, elle fut toujours considérée comme un soutien efficace pour tout travail d’ascèse visant à intégrer en soi les pulsions instinctuelles (incarnées par l’onyx noir) afin de mettre leur force au service d’aspirations plus nobles (symbolisées par la sardoine claire).

L’essence végétale : le tournesol

Le tournesol (helianthus annuus) est traditionnellement associé au signe du Lion. En effet, sa grande fleur, de couleur jaune, évoque le rayonnement, la plénitude et l’accomplissement de l’être. Elle se caractérise en outre par un poids élevé qui la fait pencher vers le bas. C’est d’ailleurs pourquoi elle fut toujours réputée pour combattre l’égoïsme d’un moi qui, au lieu de se dédier aux force spirituelles, succombe à la lourdeur des forces du monde d’en bas. En ce sens, on l’utilisait pour équilibrer et harmoniser l’ego. Bien entendu, le tournesol ne supprime pas l’ego mais il lui permet de mieux percevoir sa fonction réelle, consistant à exprimer de manière harmonieuse la lumière de l’esprit.

Archange Michaël

L’archange Michaël est associé au Soleil et à l’élément FEU, son jour est le Dimanche et son signe astrologique du Lion.

Zodiaque de Délos

Naxos, l’Île de la Fécondité, dans Le signe du Lion (du 23 juillet au 23 août)

Sphinx de Naxos

Voir aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s