La fête de la Purification ou la Chandeleur (2 février)

La fête de la Chandeleur le 2 février est liée à la lumière

La fête de la Présentation de Jésus au temple, appelée autrefois fête de la purification, est plus connue sous le nom populaire de Chandeleur. Ce nom a une origine latine et païenne. Comme les festivités qui entourent la Nativité, la fête de la Chandeleur le 2 février est liée à la lumière. Mais aussi à la purification, la fécondité, la prospérité, toujours très proches dans les croyances et les traditions.

A l’époque romaine, vers le 15 février, on fêtait Lupercus, le dieu de la fécondité, au cours des Lupercales. C’était le début de la saison des amours chez les oiseaux. Chez les Celtes On trouvait un rite lié à la purification : la fête d’Imbolc le 1er février. Ce rite en l’honneur de la déesse Brigid, célébrait la purification et la fertilité avec le retour de la vie en cette fin d’hiver. Les paysans portaient des flambeaux et parcouraient les champs en procession, priant la déesse de purifier la terre avant les semailles. A la naissance de Jésus, Marie se conforme à la loi de Moïse. Après l’accouchement, la mère devait accomplir le rite de purification (Lévitique 12, 8) et le premier-né de la famille faisait l’objet d’une offrande au Seigneur (Exode 13, 12). Le rite est décrit en Luc 2, 21-24. Durant cet épisode au temple, le vieillard Syméon reconnaît le premier Jésus comme la lumière pour le monde.

Fête de la lumière

Au Ve siècle le pape Gélase Ier remplace le rite païen des lupercales par une fête religieuse, la fête de la Chandeleur, La festa candelarum ou fête des chandelles. (chandeleur vient de candela – la chandelle), où l’on commémore 40 jours après Noël le rite hébraïque. En orient, c’était jour chômé. En occident, on portait des torches en procession, signe de lumière. Ce n’est qu’en 1372 que cette fête sera officiellement associée à la purification de la Vierge. Dans les églises, les torches sont remplacées par des chandelles bénies que l’on conserve allumées, autant pour signifier le Christ comme lumière pour le monde que pour éloigner le malin, les orages, la mort, etc. et invoquer les bons augures sur les semailles d’hiver en vue de produire les bonnes moissons de l’été suivant. Les cierges bénis étaient emportés dans les foyers pour le protéger.
Aujourd’hui, on bénit les cierges pour rappeler que Jésus est lumière du monde.

Dominique Cadet sur http://www.liturgiecatholique.fr

Source : https://www.saintvincentenlignon.fr/2014/02/cest-quoi-la-chandeleur.html

Le 2 février, la fête de la Présentation au temple, appelée aussi Purification de la Vierge ou Chandeleur, clôt le Tempus Nativitatis, quarante jours après Noël. Cette très ancienne fête, célébrée à Jérusalem dès 386, commémore la rencontre entre le Christ nouveau-né et le vieillard Siméon au temple de Jérusalem (bit.ly/3AwiXBl). Dans le livre d’heures d’Henri IV, cette rencontre est un diptyque : à gauche, Joseph offre les rituelles tourterelles et à droite, Marie présente son enfant. L’ensemble iconographique de ce recueil, que l’on attribue au Maître des Triomphes de Pétrarque, est riche de plus de soixante peintures en semi-grisaille, avec de délicates nuances de violet pâle, d’ocre et d’or. Le manuscrit, très luxueux, brille littéralement de mille feux : toutes les pages de texte sont calligraphiées sur un parchemin recouvert d’or étendu au pinceau (voir en commentaire).

Paris, BnF, ms Latin 1171, f° 36v et 37r, 22,5 x 15,5 cm, vers 1475

02/02 Purification de la T. Sainte Vierge (Présentation du Seigneur)

Le Quarantième jour après Noël-Épiphanie était célébré à Jérusalem dès 386, la procession des cierges y fut ajouté en 450. Au VIe siècle, la fête est reçue à Constantinople sous le nom d’Hypapantê, ou Rencontre du vieillard Siméon et du Sauveur.

La fête est accueillie à Rome au milieu du VIIe siècle, sous le nom d’Hypapantê ou ‘Obviatio’ (Rencontre), ou de ‘jour de St Siméon’. Au milieu du VIIIe siècle, une nouvelle appellation se fit jour en pays francs, celle de purificatio Sanctae Mariae. Aux IXe et Xe siècles, les deux titres se concurrencèrent, puis le second prévalut.

Seul le martyrologe de la basilique Saint-Pierre indique le nom de Présentation : Ypapanti Domini, id est obviatio seu appresentatio Domini nostri Iesu Christi secundum carnem.

Textes de la Messe

Les rubriques en italiques sont celles d’avant 1960.

Die 2 FebruariiLe 2 février
IN PURIFICATIONE B. MARIÆ V. La Purification de la Sainte Vierge Marie
II classis (ante CR 1960 : duplex II classis)IIème classe (avant 1960 : double IIème classe)
¶ Festum Purificationis B. Mariæ Virginis habetur tamquam festum Domini.¶ La fête de la Purification de la Sainte Vierge Marie est considérée comme fête du Seigneur.
DE BENEDICTIONE CANDELARUMLA BÉNÉDICTION DES CIERGES
¶ Si hoc Festum transferri contingit, hodie fit tantum benedíctio et distributio Candelarum atque Processio. Missa autem dicitur de Officio currenti ; et in ea Candelæ accensæ in manibus non tenentur.¶ S’il arrive que cette Fête soit transférée, aujourd’hui on fait la bénédiction et la procession des cierges. La Messe est dite de l’Office courant, et on n’y tient pas allumés les cierges en main.
¶ Sacerdos indutus pluviali albo, vel sine casula, cum ministris similiter indutis, procedit ad benedicendas candelas, in medio ante altare, vel ad latus Epistolae positas, et ipse, ibidem stans versus ad altare, dicit manibus iunctis in tono feriali :¶ Le prêtre revêtu de la chape blanche ou bien sans chasuble, avec les ministres revêtus de même, s’avance pour la bénédiction des cierges, posés au milieu de l’Autel ou du côté de l’Epître, et il dit, tourné vers l’Autel, les oraisons suivantes sur le ton férial les mains jointes :
¶ Finita Tertia, Sacerdos indutus Pluviali violaceo, vel sine Casula, cum Ministris similiter indutis, procedit ad benedicendum Candelas, in medio ante Altare vel ad cornu Epistolæ positas, et ipse, ibidem stans versus ad Altare, dicit manibus junctis in tono Orationis Missæ ferialis :¶ Après Tierce, le prêtre revêtu de la chape violette ou bien sans chasuble, avec les Ministres revêtus de même, s’avance pour la bénédiction des cierges, posés au milieu de l’Autel ou du côté de l’Epître, et il dit, tourné vers l’Autel, les oraisons suivantes sur le ton férial les mains jointes :
V/. Dóminus vobíscum.V/. Que le Seigneur soit avec vous.
R/. Et cum spíritu tuo.R/. Et avec votre esprit.
Orémus OratioPrions
Domine sancte, Pater omnípotens, ætérne Deus, qui ómnia ex níhilo creásti, et iussu tuo per ópera apum hunc liquorem ad perfectionem cérei veníre fecísti : et qui hodiérna die petitiónem iusti Simeónis implésti : te humíliter deprecámur ; ut has candélas ad usus hóminum et sanitátem córporum et animárum, sive in terra sive in aquis, per invocatiónem tui sanctíssimi nóminis et per intercessiónem beátæ Maríæ semper Vírginis, cuius hódie festa devóte celebrántur, et per preces ómnium Sanctórum tuórum, bene + dícere et sancti + ficáre dignéris : et huius plebis tuæ, quæ illas honorífice in mánibus desíderat portáre teque cantándo laudáre, exáudias voces de cælo sancto tuo et de sede maiestátis tuæ : et propítius sis ómnibus clamántibus ad te, quos redemísti pretióso Sánguine Fílii tui : Qui tecum.Seigneur saint, Père tout-puissant, Dieu éternel, qui de rien, avez créé toutes choses, et qui par un ordre donné et au moyen du travail des abeilles, avez fait qu’une substance molle servit à former ce cierge, c’est vous aussi qui, à pareil jour, avez exaucé la demande du juste Siméon ; nous vous en prions humblement, en invoquant votre saint nom, et par l’intercession de la bienheureuse Marie toujours Vierge, dont nous célébrons aujourd’hui la fête avec dévotion, et par les prières de tous vos Saints, daignez bénir, et rendre saints ces Cierges, pour l’usage des hommes, et pour la santé des corps et des âmes, soit sur la terre, soit sur les eaux ; du ciel, votre sanctuaire, et du trône de votre majesté, exaucez les prières de votre peuple ici présent, lequel désire les porter avec honneur dans ses mains et vous louer par ses chants ; soyez enfin propice à tous ceux qui élèvent leurs voix vers vous, et que vous avez rachetés par le sang précieux de votre Fils, qui étant Dieu vit et règne.
R/. Amen.R/. Amen.
Orémus OratioPrions
Omnípotens sempitérne Deus, qui hodiérna die Unigénitum tuum ulnis sancti Simeónis in templo sancto tuo suscipiéndum præsentásti : tuam súpplices deprecámur cleméntiam ; ut has candélas, quas nos fámuli tui, in tui nóminis magnificéntiam suscipiéntes, gestáre cúpimus luce accénsas, bene + dícere et sancti + ficáre atque lúmine supérnæ benedictiónis accéndere dignéris : quaténus eas tibi Dómino, Deo nostro, offeréndo digni, et sancto igne dulcíssimæ caritátis tuæ succénsi, in templo sancto glóriæ tuæ repræsentári mereámur. Per eúndem Dóminum nostrum.Dieu tout-puissant et éternel, qui avez voulu que votre fils unique, présenté en ce jour, dans votre saint temple, fût reçu dans les bras de saint Siméon ; nous supplions instamment votre clémence de daigner bénir, rendre saints, et allumer au feu de la céleste bénédiction, les Cierges que nous, vos serviteurs, nous désirons porter allumés, après les avoir reçus pour la glorification de votre nom ; afin que vous les offrant, Seigneur, notre Dieu, avec les dispositions convenables et enflammés du feu sacré de votre très douce charité nous méritions d’être présentés dans le temple saint de votre gloire. Parle même Jésus-Christ Notre-Seigneur.
R/. Amen.R/. Amen.
Orémus OratioPrions
Dómine Iesu Christe, lux vera, quæ illúminas omnem hóminem veniéntem in hhunc mundum : effúnde bene + dictiónem tuam super hos céreos, et sancti + fica eos lúmine grátiæ tuæ, et concéde propítius ; ut, sicut hæc luminária igne visíbili accénsa noctúrnas depéllunt ténebras ; ita corda nostra invisíbili igne, id est, Sancti Spíritus splendóre illustráta, ómnium vitiórum cæcitáte cáreant : ut, purgáto mentis óculo, ea cérnere póssimus, quæ tibi sunt plácita et nostræ salúti utília ; quaténus post huius sǽculi caliginósa discrímina ad lucem indeficiéntem perveníre mereámur. Per te, Christe Iesu, Salvátor mundi, qui in Trinitáte perfécta vivis et regnas Deus, per ómnia sǽcula sæculórum.Seigneur Jésus-Christ, vraie lumière qui illuminez tout homme venant en ce monde, répandez votre bénédiction sur ces Cierges, et rendez-les saints, par le rayonnement de votre grâce ; et faites, dans votre bonté, que comme ces luminaires allumés à un feu visible chassent les ténèbres, ainsi nos cœurs éclairés d’un feu invisible, c’est-à-dire de la splendeur de l’Esprit-Saint, soient exempts de l’aveuglement de tous les vices ; afin que l’œil de notre âme étant purifié, nous puissions discerner ce qui vous plait et ce qui est utile à notre salut jusqu’à ce que nous méritions, après les ombres et les périls de ce siècle, d’arriver à la lumière indéfectible. Par vous, ô Christ Jésus, Sauveur du monde, qui étant Dieu, vivez et régnez encore dans une Trinité parfaite, dans tous les siècles des siècles.
R/. Amen.R/. Amen.
Orémus OratioPrions
Omnípotens sempitérne Deus, qui per Móysen fámulum tuum puríssimum ólei liquórem ad luminária ante conspéctum tuum iúgiter concinnánda præparári iussísti : bene + dictiónis tuæ grátiam super hos céreos benígnus infúnde ; quaténus sic adminístrent lumen extérius, ut, te donánte, lumen Spíritus tui nostris non desit méntibus intérius. Per Dóminum … in unitáte eiúsdem.Dieu tout-puissant et éternel, qui avez ordonné par Moïse, votre serviteur, de préparer une huile très pure pour l’entretien des lampes qui devaient brûler sans interruption en votre présence, dans votre bonté, daignez répandre la grâce de votre bénédiction sur ces Cierges ; et tandis qu’ils nous donneront extérieurement leur clarté, accordez-nous, que la lumière de votre Esprit ne manque point intérieurement à nos âmes. Par Notre-Seigneur Jésus-Christ votre Fils… en l’unité du même Saint-Esprit.
R/. Amen.R/. Amen.
Orémus OratioPrions
Dómine Iesu Christe, qui hodiérna die, in nostræ carnis substántia inter hómines appárens, a paréntibus in templo es præsentátus : quem Símeon venerábilis senex, lúmine Spíritus tui irradiátus, agnóvit, suscépit et benedíxit : præsta propítius ; ut, eiúsdem Spíritus Sancti grátia illumináti atque edócti, te veráciter agnoscámus et fidéliter diligámus : Qui cum Deo Patre in unitáte eiúsdem Spíritus Sancti vivis et regnas Deus, per ómnia sǽcula sæculórum.Seigneur Jésus-Christ, qui, vous montrant aujourd’hui parmi les hommes, dans la substance de notre chair, avez été présenté au temple par vos parents ; vous, que le vénérable vieillard Siméon, irradié de la lumière de votre Esprit, a reconnu, reçu et béni ; faites, dans votre propice bonté, qu’éclairés et instruits par la grâce du même Esprit-Saint, nous vous reconnaissions sincèrement et vous aimions fidèlement. Vous qui, étant Dieu, vivez et régnez avec Dieu le Père, en l’unité du même Saint-Esprit, dans tous les siècles des siècles.
R/. Amen.R/. Amen.
¶ Finitis Orationibus, Celebrans ponit incensum in thuríbulum : deinde ter aspergit Candelas aqua benedícta, dicendo Antiphonam Aspérges me, sine cantu et sine Psalmo : et ter adolet incenso.¶ Les oraisons finies, le celebrant impose l’encens ; il asperge ensuite trois fois les cierges d’eau bénite en disant l’Antienne Asperge-moi sans chant et sans psaume, et les encense trois fois.
DE DISTRIBUTIONE CANDELARUMLA DISTRIBUTION DES CIERGES
¶ Tum dignior ex Clero accedit ad Altare, et ab eo Celebrans accipit Candelam, non genuflectens. Postea Celebrans stans in medio ante Altare versus ad populum, distríbuit Candelas, primum digniori, a quo ipse acceperat ; deinde Diacono et Subdiacono paratis, et aliis Clericis singulatim per ordinem, ultimo laicis : omnibus genuflectentibus, Candelam et manum Celebrantis osculantibus, exceptis Prælatis, si adsint. Et cum inceperit distribuere Candelas, a Choro cantatur :¶ Alors, le membre le plus digne du clergé mon à l’autel, le Célébrant reçoit de lui un cierge , restant debout. Ensuite le Célébrant, debout au milieu de l’Autel et tourné vers le peuple, distribue les cierges, d’abord au plus digne du quel il l’a reçu lui-même, ensuite au diacre et au sous-diacre parés, puis au clergé un par un selon leur ordre, enfin aux laïcs : tous se mettant à genoux et baisant la main du célébrant, sauf les prélats s’il y en a de présents. Et pendant qu’on commence à distribuer les cierges, le chœur chante :
¶ Tum dignior ex Clero accedit ad Altare, et ab eo Celebrans accipit Candelam, non genuflectens nec osculans manum illius. Postea Celebrans stans in medio ante Altare versus ad populum, distríbuit Candelas, primum digniori, a quo ipse acceperat ; deinde Diacono et Subdiacono paratis, et aliis Clericis singulatim per ordinem, ultimo laicis : omnibus genuflectentibus, Candelam et manum Celebrantis osculantibus, exceptis Prælatis, si adsint. Et cum inceperit distribuere Candelas, a Choro cantatur :¶ Alors, le membre le plus digne du clergé mon à l’autel, le Célébrant reçoit de lui un cierge , restant debout et sans baiser sa main. Ensuite le Célébrant, debout au milieu de l’Autel et tourné vers le peuple, distribue les cierges, d’abord au plus digne du quel il l’a reçu lui-même, ensuite au diacre et au sous-diacre parés, puis au clergé un par un selon leur ordre, enfin aux laïcs : tous se mettant à genoux et baisant la main du célébrant, sauf les prélats s’il y en a de présents. Et pendant qu’on commence à distribuer les cierges, le chœur chante :
Antiphona. Luc. 2, 32. Lumen ad revelatiónem géntium et glóriam plebis tuæ Israël.Antienne. Lumière pour éclairer les nations, et gloire d’Israël votre peuple.
Cantic. ibid. 29-31. Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, secúndum verbum tuum in pace.Antienne. Maintenant, Seigneur, vous vous laisserez votre serviteur s’en aller en paix, selon votre parole
Deinde repetitur tota Antiphona.Ensuite on répète l’antienne entière.
Ant. Lumen ad revelatiónem géntium et glóriam plebis tuæ Israël.Ant. Lumière pour éclairer les nations, et gloire d’Israël votre peuple.
quæ similiter repetitur post quemlibet Versum.qu’on répète ainsi après chaque verset.
Quia vidérunt óculi mei salutáre tuum.Puisque mes yeux ont vu le salut qui .vient de vous.
Ant. Lumen ad revelatiónem géntium et glóriam plebis tuæ Israël.Ant. Lumière pour éclairer les nations, et gloire d’Israël votre peuple.
Quod parásti ante fáciem ómnium populorum.Que vous avez préparé à la face de tous les peuples.
Ant. Lumen ad revelatiónem géntium et glóriam plebis tuæ Israël.Ant. Lumière pour éclairer les nations, et gloire d’Israël votre peuple.
Quae si non sufficiant, repetantur quousque distributio finiatur ; et clauditur cumSi les versets ne suffisent pas, ils sont répétés jusqu’à ce que la distribution soit finie, et on termine par
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto.Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.
Ant. Lumen ad revelatiónem géntium et glóriam plebis tuæ Israël.Ant. Lumière pour éclairer les nations, et gloire d’Israël votre peuple.
Sicut erat in princípio, et nunc, et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen
Ant. Lumen ad revelatiónem géntium et glóriam plebis tuæ Israël.Ant. Lumière pour éclairer les nations, et gloire d’Israël votre peuple.
His expletis, cantatur :Ceci terminé, on chante :
Ant. Ps. 43, 26.Exsúrge, Dómine, ádiuva nos : et líbera nos propter nomen tuum.Ant.Levez-vous, Seigneur, secourez-nous et délivrez-nous à cause de votre nom.
Ps. ibid., 26.Deus, áuribus nostris audívimus : patres nostri annuntiavérunt nobis.O Dieu, nous avons entendu de nos oreilles, nos pères nous ont raconté.
V/.Glória Patri.V/.Gloire au Père.
Et repetiturEt on répète
Ant. Exsúrge, Dómine, ádiuva nos : et líbera nos propter nomen tuum.Levez-vous, Seigneur, secourez-nous et délivrez-nous à cause de votre nom.
Deinde, Sacerdos dicit :Ensuite, le prêtre dit :
V/. Dóminus vobíscum.V/. Que le Seigneur soit avec vous.
R/. Et cum spíritu tuo.R/. Et avec votre esprit.
OrémusPrions
Deinde, Sacerdos dicit : OrémusEnsuite, le prêtre dit : Prions.
¶ Et si fuerit post Septuagesimam, et non in die Dominica, Diaconus dicit : Flectámus génua.¶ Et si on est dans le temps de la Septuagésime, sauf le Dimanche, le Diacre dit : Fléchissons les genoux.
R/.Leváte.R/.Levez-vous
Oratio
Exáudi, quǽsumus, Dómine, plebem tuam : et, quæ extrinsécus ánnua tríbuis devotióne venerári, intérius asséqui grátiæ tuæ luce concéde. Per Christum, Dóminum nostrum.Nous vous en prions, Seigneur, exaucez votre peuple et ce que vous nous donnez d’honorer extérieurement par des témoignages annuels de dévotion, accordez-nous par la lumière de votre grâce, d’en avoir l’intelligence au dedans de nos âmes.
R/. Amen.R/. Amen.
DE PROCESSIONELA PROCESSION
¶ Deinde fit Processio. Et primo Celebrans ponit incensum in thuribulum : postea Diaconus vertens se ad populum, dicit : Procedámus in pace. Et Chorus respondet : In nómine Christi. Amen.¶ Ensuite on fait la procession. D’abord le célébrant impose l’encens ; puis le Diacre, se tournant vers le peuple dit : Avançons en paix. Et le chœur répond : Au nom du Christ. Amen.
Præcedit Thuriferarius cum thuribulo fumiganti : deinde Subdiaconus paratus, deferens Crucem, medius inter duos Acolythos cum candelabris accensis : sequitur Clerus per ordinem, ultimo Celebrans cum Diacono a sinistris, omnes cum Candelis accensis in manibus : et cantantur Antiphonæ sequentes :Le thuriféraire passe en premier, avec l’encensoir fumant : ensuite le sous-diacre paré portant la Croix entre deux Acolytes avec des chandeliers allumés ; puis le clergé par ordre, en dernier le Célébrant avec le Diacre à sa gauche, tous avec un cierge allumé dans la main ; et on chante les antiennes suivantes :
Antiph. Adórna thálamum tuum, Sion, et súscipe Regem Christum : ampléctere Maríam, quæ est cæléstis porta : ipsa enim portat Regem glóriæ novi lúminis : subsístit Virgo, addúcens mánibus Fílium ante lucíferum génitum : quem accípiens Símeon in ulnas suas, prædicávit pópulis, Dóminum eum esse vitæ et mortis et Salvatórem mundi.Ant.Orne, ô Sion, ta demeure, et accueille le Christ Roi ; reçois avec affection Marie, qui est la porte du ciel ; car elle tient entre ses bras le Roi de gloire à qui nous devons une lumière nouvelle. La Vierge s’arrête, offrant de ses mains un Fils engendré avant que fût l’astre du jour. Siméon le prenant entre ses bras, annonce aux peuples qu’il est le Maître de la vie et de la mort, et le Sauveur du monde.
Alia Antiph. Luc. 2, 26, 27 et 28-29Respónsum accépit Símeon a Spíritu Sancto, non visúrum se mortem, nisi vidéret Christum Dómini : et cum indúcerent Púerum in templum, accépit eum in ulnas suas, et benedíxit Deum, et dixit : Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, in pace. V/. Cum indúcerent púerum Iesum parentes eius, ut fácerent secúndum consuetúdinem legis pro eo, ipse accépit eum in ulnas suas.Ant. Siméon avait reçu de l’Esprit-Saint la révélation qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu l’Oint du Seigneur. Et comme on introduisait l’enfant dans le temple, il le reçut dans ses bras et bénit Dieu en disant : Maintenant, Seigneur, vous laisserez votre serviteur s’en aller en paix.V/. Comme ses parents introduisaient l’Enfant Jésus pour observer les coutumes de la loi à son égard, lui-même le reçut dans ses bras.
Et ingrediendo Ecclesiam, cantatur :En entrant dans l’Eglise on chante :
V/.Obtulérunt pro eo Dómino par túrturum, aut duos pullos columbárum : * Sicut scriptum est in lege Dómini. V/. Postquam impléti sunt dies purgatiónis Maríæ, secúndum legem Moysi, tulérunt Iesum in Ierúsalem, ut sísterent eum Dómino. * Sicut scriptum est in lege Dómini. V/. Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. * Sicut scriptum est in lege Dómini.Ils offrirent pour lui au Seigneur une paire de tourterelles, ou deux petits de colombes. Suivant ce qui est écrit dans la loi du Seigneur. Après que les jours de la Purification de Marie furent accomplis selon la loi de Moïse, ils portèrent Jésus à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur, * Suivant ce qui est écrit dans la loi du Seigneur. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. * Suivant ce qui est écrit dans la loi du Seigneur.
¶ Si candelarum benedictio et processio, ob defectum ministrorum sacrorum, forma solemni fieri nequeat, licet formam simplicem adhibere, etiam absque cantu, dummodo tres saltem ministrantes celebranti inserviant.¶ Si la bénédiction et la procession, à cause du manque de ministres sacrés, ne peut se faire sous la forme solennelle, il est permis de la faire sous la forme simple, même sans chants, pourvu qu’au moins trois servants accompagnent le célébrant.
¶ Hodie prohibetur quælibet Missa votiva, etiam solemniis, de Christo Domino.¶ Aujourd’hui sont proscrites toutes les messes votives, même solennelles, du Christ Seigneur.
DE MISSALA MESSE
Finita Processione, Celebrans et Ministri, accipiunt paramenta pro Missa.
In Missa, quae benedictionem candelarum sequitur, omittuntur psalmus Iudica me, Deus cum sua antiphona, necnon confessio cum absolutione, versibus sequentibus atque orationibus Aufer a nobis et Oramus te, Domine. Sacerdos igitur, cum ad altare accesserit, statim illud ascendit et osculatur in medio.
Candelæ in manibus tenentur ad Evangelium et toto Canone.
La procession finie, le Célébrant et les ministres reçoivent les vêtements pour la messe.
A la Messe qui suit la bénédiction des cierges, sont omis le psaume Iudica me, Deus avec son antienne, ainsi que la confession et l’absolution, les versets qui suivent et les oraisons Aufer a nobis et Oramus te, Domine. Donc le Prêtre, quand il parvient à l’autel, y monte immédiatement et le baise au milieu.
On tient les cierges allumés pour l’Evangile et pendant tout le canon.
¶ Finita Processione, Celebrans et Ministri, depositis violaceis, accipiunt paramenta alba pro Missa. Et Candelæ tenentur in manibus accensæ, dum legitur Evangelium, et iterum ab incepto Canone usque ad expletam Communionem.¶ La procession finie, le Célébrant et les ministres, une fois déposés les ornements violets, reçoivent vêtements blancs pour la messe. On tient les cierges allumés pendant l’Evangile, et à nouveau du début du Canon à la Communion.
Ant. ad Introitum. Ps. 47, 10-11.Introït
Suscépimus, Deus, misericórdiam tuam in médio templi tui : secúndum nomen tuum, Deus, ita et laus tua in fines terræ : iustítia plena est déxtera tua.Nous avons reçu, ô Dieu, votre miséricorde au milieu de votre temple : comme votre nom, ô Dieu, ainsi votre louange s’étend jusqu’aux extrémités de la terre : votre droite est pleine de justice.
Ps. ibid., 2.
Magnus Dóminus, et laudábilis nimis : in civitáte Dei nostri, in monte sancto eius.Le Seigneur est grand et digne de toute louange, dans la cité de notre Dieu, sur sa sainte montagne
V/.Glória Patri.
Oratio.Collecte
Omnípotens sempitérne Deus, maiestátem tuam súpplices exorámus : ut, sicut unigénitus Fílius tuus hodiérna die cum nostræ carnis substántia in templo est præsentátus ; ita nos fácias purificátis tibi méntibus præsentári. Per eúndem Dóminum.Dieu tout-puissant et éternel, nous supplions humblement votre majesté, de faire que, comme votre Fils unique revêtu de la substance de notre chair a été en ce jour présenté dans le temple, ainsi nous vous soyons présentés avec des cœurs purifiés.
Léctio Malachíæ Prophétæ.Lecture du Prophète Malachie.
Malach. 3, 1-4.
Hæc dicit Dóminus Deus : Ecce, ego mitto Angelum meum, et præparábit viam ante fáciem meam. Et statim véniet ad templum suum Dominátor, quem vos quǽritis, et Angelus testaménti, quem vos vultis. Ecce, venit, dicit Dóminus exercítuum : et quis póterit cogitáre diem advéntus eius, et quis stabit ad vidéndum eum ? Ipse enim quasi ignis conflans et quasi herba fullónum : et sedébit conflans et emúndans argéntum, et purgábit fílios Levi et colábit eos quasi aurum et quasi argéntum : et erunt Dómino offeréntes sacrifícia in iustítia. Et placébit Dómino sacrifícium Iuda et Ierúsalem, sicut dies sǽculi et sicut anni antíqui : dicit Dóminus omnípotens.Le Seigneur Dieu dit : Voici que j’envoie mon ange, et il préparera la voie devant ma face : et aussitôt viendra dans son temple le Dominateur que vous cherchez, et l’ange de l’alliance que vous désirez. Voici qu’il vient, dit le Seigneur des armées. Qui pourra penser au jour de son avènement, et qui pourra soutenir sa vue ? Car il sera comme le feu qui fond les métaux, et comme l’herbe des foulons. Il s’assoiera comme celui qui fond et qui épure l’argent ; il purifiera les fils de Lévi, et il les rendra purs comme l’or, et comme l’argent, et ils offriront des sacrifices au Seigneur dans la justice. Et le sacrifice de Juda et de Jérusalem sera agréable au Seigneur, comme aux jours anciens et comme aux années d’autrefois, .dit le Seigneur tout-puissant.
Graduale. Ps. 47, 10-11 et 9.Graduel
Suscépimus, Deus, misericórdiam tuam in médio templi tui : secúndum nomen tuum, Deus, ita et laus tua in fines terræ.Nous avons reçu, ô Dieu, votre miséricorde au milieu de votre temple ; comme votre nom, ô Dieu, ainsi votre louange s’étend jusqu’aux extrémités de la terre
V/. Sicut audívimus, ita et vídimus in civitáte Dei nostri, in monte sancto eius.V/. Ce que nous avions entendu dire, nous l’avons vu dans la cité de notre Dieu, sur sa sainte montagne.
Allelúia, allelúia. V/. Senex Púerum portábat : Puer autem senem regébat.Allelúia, allelúia. V/. Le vieillard portait l’Enfant ; mais l’Enfant conduisait le vieillard. Alléluia.
Post Septuagesimam, omissis Allelúia et Versu sequenti, dicitur¶ Après la Septuagésime, on omet l’Alléluia et son verset et on dit
Tractus. Luc. 2, 29-32.Trait.
Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, secúndum verbum tuum in pace.Maintenant,Seigneur, vous laisserez votre serviteur s’en aller en paix.
V/. Quia vidérunt óculi mei salutáre tuum.V/. Puisque mes yeux ont vu le salut.
V/. Quod parásti ante fáciem ómnium populórum.V/. Que vous avez préparé à la face de tous les peuples.
V/. Lumen ad revelatiónem géntium et glóriam plebis tuæ Israël.V/. Lumière pour éclairer les nations et gloire d’Israël, votre peuple.
+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Lucam.Lecture du Saint Evangile selon saint Luc.
Luc. 2, 22-32.
In illo témpore : Postquam impleti sunt dies purgatiónis Maríæ, secúndum legem Moysi, tulérunt Iesum in Ierúsalem, ut sísterent eum Dómino, sicut scriptum est in lege Dómini : Quia omne masculínum adapériens vulvam sanctum Dómino vocábitur. Et ut darent hóstiam, secúndum quod dictum est in lege Dómini, par túrturum aut duos pullos columbárum. Et ecce, homo erat in Ierúsalem, cui nomen Símeon, et homo iste iustus et timorátus, exspéctans consolatiónem Israël, et Spíritus Sanctus erat in eo. Et respónsum accéperat a Spíritu Sancto, non visúrum se mortem, nisi prius vidéret Christum Dómini. Et venit in spíritu in templum. Et cum indúcerent púerum Iesum parentes eius, ut fácerent secúndum consuetúdinem legis pro eo : et ipse accépit eum in ulnas suas, et benedíxit Deum, et dixit : Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, secúndum verbum tuum in pace : Quia vidérunt óculi mei salutáre tuum : Quod parásti ante fáciem ómnium populórum : Lumen ad revelatiónem géntium et glóriam plebis tuæ Israël.En ce temps-là, quand furent accomplis les jours de la purification de Marie, selon la loi de Moïse, ils le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur, selon qu’il est prescrit dans la loi du Seigneur : Tout enfant mâle premier-né sera consacré au Seigneur ; et pour offrir en sacrifice, selon qu’il est prescrit dans la loi du Seigneur, deux tourterelles, ou deux petits de colombes. Et voici qu’il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon, et cet homme était juste et craignant Dieu, et il attendait la consolation d’Israël, et l’Esprit-Saint était en lui. Et il lui avait été révélé par l’Esprit-Saint qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint au temple, poussé par l’Esprit de Dieu. Et comme les parents de l’enfant Jésus l’apportaient, afin d’accomplir pour lui ce que la loi ordonnait, il le prit entre ses bras, et bénit Dieu, et dit : Maintenant, Seigneur, vous vous laisserez votre serviteur s’en aller en paix, selon votre parole, puisque mes yeux ont vu le salut qui .vient de vous, que vous avez préparé à la face de tous les peuples : Lumière pour éclairer les nations, et gloire d’Israël votre peuple.
Credo
Ant. ad Offertorium. Ps. 44, 3.Offertoire
Diffúsa est grátia in lábiis tuis : proptérea benedíxit te Deus in ætérnum, et in sǽculum sǽculi.La grâce est répandue sur vos lèvres ; c’est pourquoi Dieu vous a béni à jamais et dans les siècles des siècles.
Secreta.Secrète
Exáudi, Dómine, preces nostras : et, ut digna sint múnera, quæ óculis tuæ maiestátis offérimus, subsídium nobis tuæ pietátis impénde. Per Dóminum.Exaucez nos prières, Seigneur, et afin que les dons que nous offrons aux regards de votre Majesté soient dignes de vous, accordez-nous le secours de votre miséricorde.
Præfatio de Nativitate Domini.Préface de la Nativité .
Ant. ad Communionem. Luc. 2, 26.Communion
Respónsum accépit Símeon a Spíritu Sancto, non visúrum se mortem, nisi vidéret Christum Dómini.II avait été révélé à Siméon par l’Esprit-Saint qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur.
Postcommunio.Postcommunion
Quǽsumus, Dómine, Deus noster : ut sacrosáncta mystéria, quæ pro reparatiónis nostræ munímine contulísti, intercedénte beáta María semper Vírgine, et præsens nobis remédium esse fácias et futúrum. Per Dóminum nostrum.Nous vous en supplions, Seigneur, notre Dieu, faites que, par l’intercession de la bienheureuse Marie toujours Vierge, ces saints mystères que vous nous avez donnés pour nous assurer les fruits de notre régénération nous soient un remède pour le présent et pour l’avenir.

Source : https://www.introibo.fr/La-Purification-de-la-Sainte

Crêpe de la Chandeleur

Voir aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s